2 exemples d’identité visuelle de cabinet d’avocat 

Carte de visite

Accentuer une spécialité

Cap sur l’efficacité avec les outils numériques

Historiquement les cabinets d’avocats sont tenus à une sobriété au niveau de leur communication. L’ordre des avocats veille au grain en ce qui concerne l’image de la profession. En effet, les métiers du juridique sont souvent associés à une image d’expert qui doit perdurer dans le temps. Depuis tout récemment, il est devenu possible d’expérimenter un peu afin de faire ressortir les spécificités d’une approche, d’un confrère à un autre. Ceci est à voir d’un bon œil dans la mesure où marquer un peu plus une spécialité permet d’être identifié comme référent pour un type de problématique, de dossier ou de client. Cela apporte des challenges plus intéressants aux différents cabinets. Ceux-ci peuvent potentiellement faire valoir cette expertise sur la définition de leur taux horaire. Travailler son image de spécialiste est donc un virage important à prendre pour tous les cabinets d’avocat.

Fabrice Albert nous a approché au début de son activité avec son nouveau cabinet. En effet, après avoir quitté une plus grosse structure, il a décidé de travailler seul un moment, afin de se retrouver au cœur des problématiques de droit des sociétés, et non plus à l’encadrement d’une équipe juridique. Pour marquer cet aspect il créé un logo composé de son nom et d’un point final représentant la fin de la phrase, et son indépendance d’une manière graphique simple. Le point final revêt différentes couleurs en fonction de l’humeur de son gestionnaire, maintenant seul maître à bord. C’est sur cet état de faits que nous sommes intervenu pour concevoir l’identité du futur cabinet Albert.

 

Cette conception du point final et ce principe de couleur nous a paru être un formidable point de départ pour une refonte formelle de l’identité visuelle du cabinet d’avocats. Là où traditionnellement cabinet rime avec papeterie et plaque de laiton, Fabrice Albert se démarque en propulsant la juridique dans le futur. Travaillant exclusivement en numérique, l’avocat propose une efficacité différente, faite de serveur, de fichiers collaboratifs et de réunions en visio. Cet aspect non négligeable qui plaît aux entrepreneurs modernes fait entièrement partie de l’ADN de l’approche du cabinet. La notion de numérique devait se retrouver dans la perception de l’image de marque du cabinet. La formalisation de cette idée dans la réalisation finale est transcrite par l’utilisation d’une palette colorée résolument numérique, faite de références d’abord choisies en RVB, référentiel colorimétrique des écrans. Ces couleurs dynamiques sont la promesse d’un traitement des dossiers énergique et d’un proximité certaine avec le référent du cabinet. La symbolique de couleur est conservée et rendue plus visible par l’utilisation d’un filet soulignant le nom du cabinet, comme un geste de signature vif, une barre de progression terminée par le fameux point, promesse de conclusion, de situation résolue. Last but not least, la police serif est remplacée par une version rounded (aux bord arrondis) afin de parfaire l’image propre et corporate du cabinet tout en apaisant le message et donnant à voir l’accessibilité du cabinet.

Le logo existe en version mini, avec le «a» initial souligné, utilisable notamment pour les réseaux sociaux et en-tête de lettre. Le système de couleur simple dynamise l’identité et se décline sur l’ensemble des divers documents nécessaire à la pratique de la profession de maître Albert.

La même chose s'il vous plait !

L’identité visuelle du cabinet d’avocat : Rassurer et donner de l’espoir avec une seule image

L’image de marque est la façon dont le public perçoit votre structure. Cela se travaille dans le temps et par l’intermédiaire de plusieurs moyens : relations presse, présence réseaux sociaux, marque employeur. C’est assez vaste. La fonction d’une identité visuelle est de rendre visible son émetteur, et de devenir le réceptacle de cette perception du public. Pour la création d’une activité, en partant du néant, on peut insuffler de très fortes valeurs dans la conception de l’identité visuelle. C’est le cas pour les cabinet d’avocat qui ont besoin de mettre en avant leur approche de leur métier et de leur spécialité.

Pour la création de son cabinet orienté droit des étrangers et de la nationalité et droit d’asile, Corinne Touchard veut envoyer un signal fort. Avec la conception de son identité visuelle, elle souhaite montrer son expertise dans son champ d’intervention. Sa cible est double puisqu’elle est amené à être l’interlocutrice de structures relais des personnes demandant le droit d’asile par exemple, mais également à l’interface avec ses clients, ne parlant pas forcément très bien le français. Il y a donc un fort besoin de compréhension visuelle et non pas seulement textuelle.

Les problématiques juridiques sont sensibles, d’où une certaine sobriété dans la communication des cabinets, mais celles-ci le sont d’autant plus, car liées à des histoires de vie parfois douloureuses, ou se mêlent perte de repères, d’identité et lourdeur administrative. L’avocat doit être ici perçu comme un allié, capable de vulgariser, d’être une personne de terrain et de faire le petit pas de plus qui fera la différence dans le dossier.

La formalisation en tissage s’est imposé comme un symbole fort à la fois de mixité et d’une promesse d’intégration. Cette forme d’artisanat présente dans une multitude de cultures évoque le tissage de liens. Le tissage terminé, rassure et protège. De plus le traitement organique de l’illustration rend ce logotype plus que jamais vivant, au plus proche des problématiques des clients de Corinne Touchard.